donner au suivant 

Dans la vocation sociale que s’est donnée l’organisation, un groupe de six participants à un séjour au Mushuau-nipi permet à un jeune autochtone de faire un séjour au campement l’année suivante. À cette occasion, ces jeunes participent à la vie de campement ancestral, comme le montage des tentes, la préparation de la nourriture traditionnelle, la prise du poisson et les visites archéologiques où les aînés leur expliquent l’importance du site.

Au fil des ans, il est apparu évident que les moments passés par les jeunes Innus au Mushuau-nipi étaient significatifs, voire déterminants dans leur parcours personnel. Pour certains, leur séjour était leur première prise de contact réelle avec leur territoire, avec leur identité qui se dévoilait naturellement au contact du caribou, lors du partage de la bannique, du saumon ou lors des échanges avec les aînés. 

Le Mushuau-nipi a ainsi été le témoin d’épanouissement chez la jeunesse innue, tout comme chez les jeunes non autochtones. C’est une opportunité unique pour ces derniers de compléter le portrait de leur génération à travers l’expérimentation d’une cohabitation, laquelle ne se reproduira sans doute jamais dans un contexte aussi ouvert et respectueux de tout un chacun. 

À noter que M. Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et Labrador, parraine l’Initiative en supportant la démarche dans son ensemble. 

_FLS0207.jpg
Je-mappelle-humain_21s-1024x437.jpg
Fonds Joséphine Bacon

Joséphine Bacon a séjourné plusieurs fois au Mushuau-nipi pour transmettre la langue et la culture innue et souhaite, avec ce Fonds, que les jeunes puissent à leur tour vivre la toundra, imprégnée des ancêtres qui y ont habité. Cette cagnotte solidaire vise ainsi la valorisation de la langue (innu-aimun) et du savoir-faire traditionnel (innu-aitun). Pour de plus amples détails sur la collecte de fonds, cliquez sur ce lien et consultez cet article.